Communauté Jésus-est-Seigneur

Nouvelles

 Menu
Accueil
Qui sommes-nous
Notre fondateur
Notre Maison-Mère
Reconnaissance canonique
Pour nous joindre
Nouvelles
Nos activités

 

« Joseph Guiho est-il un saint ? Peut-on lui attribuer des miracles ? Ce sont les questions que soulève le journaliste. Des témoignages semblent accréditer ce point de vue. Son corps repose en crypte à l’Oasis de la Charité Sainte-Famille, Maison-Mère de la Communauté Jésus-est-Seigneur à Rouyn-Noranda et de nombreux visiteurs viennent s’y recueillir à chaque mois. »

Le frère André du nord

Joseph Guiho (P. Rodrigue) En face du tombeau de celui que plusieurs Québécois considèrent comme un saint, vous vous recueillez et demandez à l'esprit du défunt qu'il intercède en votre faveur. Seulement, vous n'êtes pas à l'oratoire Saint-Joseph, devant la dépouille du frère André, mais à Rouyn-Noranda, devant celle de Joseph Guiho.

On a attribué au père fondateur de la communauté catholique Jésus-est-Seigneur bon nombre de conversions, des guérisons miraculeuses et même des exorcismes. Depuis son décès, le 28 janvier 1999, les gens continuent de lui rendre visite pour se recueillir ou lui demander d'intercéder en leur faveur devant son tombeau. On vient de partout

Les gens viennent de partout au Québec et même d'aussi loin que du Manitoba et la France, où celui qui a été curé de la paroisse d'Évain de 1976 à 1997 s'est déjà rendu. De plus, si l'on en juge par la quantité impressionnante de remerciements inscrits dans le livre d'or qui se trouve dans la crypte, il semblerait que plusieurs requêtes se soient réalisées.

«Le cas le plus frappant est sans doute celui de cette femme de Timmins pratiquement aveugle qui nous a confié avoir recouvré la vue après avoir écouté une cassette des enseignements de Joseph», indique le responsable de la communauté, Maurice Descôteaux.

Maurice Descôteaux se recueille devant l'imposant bloc de granite sous lequel repose la dépouille du fondateur de la communauté, Joseph Guiho.				        photo Patrick RodrigueLa crypte, qui abrite le corps de Joseph Guiho, se trouve à la maison-mère de la communauté Jésus-est-Seigneur, sur la rue Perreault Est. Elle est ouverte au public, de 8 h à 20 h. Le tombeau lui-même, un énorme bloc de granite noir, emplit presque tout l'espace. Au premier coup d'oeil, il semble d'ailleurs beaucoup trop grand pour abriter une seule personne.

«C'est à cause des normes sanitaires. Nous avons été obligés de couler 45 cm d'épaisseur de béton tout autour du cercueil pour que rien ne puisse y entrer ou en sortir. Quant au corps, il a été embaumé selon les procédures habituelles, mis à part le fait qu'il a fallu saupoudrer quelques kilos de chaux vive dans le cercueil», explique M. Descôteaux.

Un traitement réservé aux papes!

(P. Rodrigue) C'est en raison du caractère exceptionnel du personnage et de l'influence qu'il a eue sur sa communauté que Joseph Guiho a pu être inhumé hors d'un cimetière, un traitement habituellement réservé uniquement aux évêques, aux cardinaux et aux papes.

«Pour nous, Joseph est un saint. Natif de Timmins et ordonné prêtre en 1959, à l'âge de 29 ans, c'était un homme d'une érudition incroyable, qui parlait couramment sept langues, qui lisait énormément et qui ne dormait pratiquement jamais», raconte Maurice Descôteaux. Il était aussi très chaleureux, prodiguant ses conseils aux nombreuses personnes, de tous les milieux, qui réclamaient son soutien. Il a d'ailleurs tenu, de 1977 à 1984, une chronique à cet effet dans le journal La Frontière.

C'est cependant la force et la profondeur des retraites publiques qu'il prêchait que ses disciples retiennent de lui. C'est d'ailleurs à la suite de ces invitations que trois couples, dont celui de M. Descôteaux, lui ont demandé, en 1982, de présider à la fondation du petit groupe qui allait devenir la communauté Jésus-est-Seigneur.

Aujourd'hui, les quelque 200 fidèles qu'elle compte un peu partout au Québec souhaiteraient déposer une requête devant l'Église pour obtenir la béatification de Joseph Guiho.

«C'est un processus qui comprend la visite d'enquêteurs venus exprès du Vatican et la rédaction d'un dossier très étoffé sur la vie du candidat. Celui-ci doit d'ailleurs comprendre deux miracles authentiques, c'est-à-dire des phénomènes que la science ne peut expliquer. Comme c'est très long et surtout très coûteux, ça ne se fera pas de sitôt, peut-être même pas de mon vivant», précise Maurice Descôteaux.


Merci au journal la Frontière, de Rouyn-Noranda, qui nous a permis de reproduire cet article paru dans son édition du Dimanche, 30 janvier 2005.

833, rue Perreault Est, Rouyn-Noranda (Québec) J9X 5H5 CANADA
Tél. : (819) 762-5454 Téléc. : (819) 762-0605
Courriel :  o
asischarite@hotmail.com